Ses réalisations


En 1926, il élève la Villa Collinet à Boulogne-Billancourt, faisant partie d'un ensemble de trois maisons accolées, dont la Villa Cook confiée à Le Corbusier. 



De 1926 à 1934, il réalise plusieurs hôtels particuliers bordant la rue Mallet-Stevens à Paris, dont celui des frères Martel en 1926-1927 au n° 10, décoré par Francis Jourdain, Charlotte Perriand et Gabriel Guevrekian, ainsi que le sien propre en 1927 au n°12, qui accueille son cabinet d'architecte et pour lequel il réalise également en 1927 un mobilier de métal laqué, dont un bureau à piètement de tube d'acier nickelé. Des vitraux sont exécutés par Louis Barillet et des grilles et des portes par Jean Prouvé. 



En 1927 également, il édifie le casino de Saint-Jean-de-Luz

En 1928, il réalise un immeuble de rapport au 7 rue Méchain à Paris, où Tamara de Lempicka installe son atelier jusqu'aux années 1950.



En 1928 et 1929 il réalise à Paris des boutiques pour les Cafés du Brésil, boulevard Haussman et avenue de Wagram.


L'année 1932, celle de la livraison de la Villa Cavrois, il réalise la Villa Trapenard à Sceaux. Située au numéro 5 avenue Le-Nôtre, cette villa est construite à la demande de Jacques Trapenard. De forme cubique à un étage, un porte-à-faux dégage l'espace d'un garage. Le rez-de-chaussée est occupé par les services tandis que l'étage est réservé à l'habitation (living, bureau et chambres). La maison et la clôture sont classées. Photos ci-dessous de Jean-Pierre Cappoen © Amis de la Villa Cavrois le 28 février 2016.





Toujours la même année que l'inauguration de la Villa Cavrois, en 1932, il construit la maison-atelier de son ami le vitrailliste Louis Barillet, au 15 square de Vergennes, dans le 15e arrondissement de Paris.




En 1934, il présente au Salon d'automne une « Cabine de bateau de troisième classe » réalisée pour le concours de cabines de bateau de l'OTUA.



Puis, il propose avec Jean Carlu, un projet pour un musée de la République au Trocadéro à Paris.

Il construisit presque exclusivement pour des clients privés, son unique commande publique ayant été la réalisation d'une caserne de pompiers à Paris en 1936. 



Il n'en est pas moins considéré aujourd'hui comme l'une des figures majeures de l'architecture française de l'entre-deux-guerres, en tant que l'un des principaux représentants du Mouvement moderne.