Atelier Barillet


En 1932, la même année que la livraison de la Villa Cavrois, il réalise un immeuble, situé au 15 square de Vergennes, dans le 15e arrondissement de Paris, qui abrite, depuis le 11 avril 2014, le musée Mendjisky-Ecoles de Paris. Cet immeuble avait été construit par Mallet Stevens pour son ami le verrier Barillet avec lequel il collabora dans plusieurs de ses édifices.

Plus récemment devenue la propriété d'Yvon Poullin qui avait eu l'amabilité d'y accueillir des membres de l'ASVC à l'occasion d'un déplacement à Paris pour la visite de l'exposition que Pompidou consacrait à Mallet Stevens.

Yvon Poullin, décédé depuis, collectionnait du mobilier des années 30, dont  des pièces provenant de la villa Cavrois : la table et les chaises de la salle à manger des enfants, deux fauteuils de la chambre des parents, préemptés par le CMN lors de la vente de l'ensemble de ce mobilier.


Cliché d'Albin Salaün

Cet immeuble, connu sous le nom de maison et atelier Barillet, paraît dans une revue d'architecture de l'époque (ci-dessus) ainsi qu'une autre construction à Sceaux (ci-dessous) qu'il est intéressant de comparer avec la Villa Cavrois qui est terminée la même année en 1932.


La maison et atelier du maître-verrier Barillet est un immeuble construit en 1932 par l'architecte Robert Mallet-Stevens pour le maître-verrier Louis Barillet au n° 15 square Vergennes, dans le 15e arrondissement de Paris.

Les ateliers se trouvaient dans la partie centrale du bâtiment. Le rez-de-chaussée était consacré à l'atelier de mosaïque et aux fours destinés à la cuisson des grisailles. Une large porte permet le passage des livraisons de matériaux.

Au premier étage se trouvait un atelier de découpe et de sertissage du verre. Aux deuxième et troisième étages se trouvaient les ateliers où étaient exécutés les dessins et où étaient présentés et contrôlés les vitraux issus de la production. Une galerie en pourtour de l'atelier, éclairée par une cour intérieure, abritait les services d'archives et un laboratoire de photographie. En retrait derrière une terrasse, le dernier étage était réservé à l'appartement du maître-verrier, cet appartement est aujourd'hui privé. Les bureaux attenants aux ateliers étaient installés dans une aile courbe en saillie.

La grande verrière de la façade principale, avec son exposition vers le nord, fournit aux ateliers une lumière uniforme. L'emploi du béton armé permet de libérer les espaces de travail des structures porteuses.

L'immeuble fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 7 juin 1993.

Cet édifice est aujourd'hui ouvert au public, il abrite le musée Mendjisky-Écoles de Paris qui a vocation à conserver, protéger, et mettre en valeur, des œuvres des artistes des deux Écoles de Paris.